Généralités sur le boutis...

 

Selon les auteurs, le terme "Boutis" peut avoir plusieurs origines: Pour certains, il vient du vieux français "bouter" qui signifie pousser (ici, il s'agit de pousser une mêche de coton dans un petit tunnel délimité aux petits points), pour d'autres il viendrait plutot de "Boufigo" qui, en provençal désigne une boursoufflure, une bosse.En fait, l'art du Boutis consiste à bourrer de coton des zones préalablement dessinées et piquées sur le tissu afin de faire apparaitre des reliefs.

Le boutis consiste à sculpter le tissu. A partir  d'une fine toile de coton uni blanc de préférence, on voit naître un entrelac de motifs dessinant des fleurs, des symboles...

Historiquement, le boutis était un ouvrage réalisé pour les grandes occasions: la jeune fiancée réalisait son jupon de mariage ou le couvre lit qu'elle amènerait en dot dans le trousseau de mariage, la future maman ou la marraine réalisait le pétasson, carré en boutis servant à protéger la robe de la jeune mère pendant l'allaitement...

Les brodeuses laissaient libre cours à leur imagination et usaient de symboles variés pour exprimer leur voeux de prospérité, de fidélité ou de paix. C'est pourquoi on retrouve souvent les mêmes dessins sur les boutis anciens: feuilles de chêne ou d'olivier, étoiles, cigales, fleurs variées et autres vases ou cornes d'abondance.

Le boutis diffère du trapunto car l'ouvrage réalisé en boutis doit être aussi beau sur l'endroit que sur l'envers. Regardé par transparence, il laisse filtrer la lumière en bordure des piqûres. Il ne doit pas être davantage confondu avec le piqué: depuis quelques années on trouve des couvre-lits en piqué vendus sous l'appelation boutis et pourtant ces techniques n'ont rien à voir. Une couverture piquée est constituée d'une plaque de ouate ou de laine cousue entre 2 pièces de coton à motifs (indiennes). Les coutures peuvent être plus ou moins géométriques et constituent des motifs mais elles ne sont pas rembourrées par la suite. D'ailleurs, historiquement, c'est quand Colbert a interdit l'importation des indiennes (cotonnades importées d'Indes) en Provence que les provençales, déçues de n'avoir plus que des tissus unis à disposition, ce sont mises à faire du boutis.

Quelques réalisations

                                                             On peut faire un boutis avec du coton, de la baptiste ou de la soie.

                                      On choisie traditionellement une étoffe blanche mais le jaune ou le rouge sont admis aussi...

 

 

Quelques ouvrages pour aller plus loin et, pourquoi ps se lancer dans l'aventure des petits points...

      De belles photos mais plus de piqués (improprement appelés boutis) que de vrais boutis

 

  Le plus riche en réferences et en photos...

La technique n'y est pas détaillée mais c'est un vrai régal pour les yeux!


 Des modèles plus ou moins complexes, des explications techniques précises et faciles à suivre et des patrons grandeur réelle... Un indispensable pour commencer même si on aurait aimé un peu plus de petits modèles.

 

A venir, quelques explications....

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×